Le Docteur Pierre Bouhanna sur TF1

Le Docteur Pierre Bouhanna interviewé sur TF1

Le Docteur Pierre Bouhanna a été interviewé à titre d’expert du cuir chevelu dans le cadre d’un reportage diffusé dans le 20 heures de TF1 et qui a été filmé en partie au cabinet du médecin. Le reportage a le mérite de faire le point sur les solutions existantes en matière de lutte contre la calvitie et de rappeler que celle-ci fait trop souvent l’objet de pratiques commerciales peu déontologiques. Voici les principales leçons du reportage.

La calvitie touche les hommes ET les femmes.

La journaliste de TF1 le rappelle à juste titre : l’alopécie androgénétique touche non seulement les hommes – près de 70 % d’entre eux auront une calvitie un jour –, mais c’est une pathologie capillaire qui affecte également les femmes. On estime ainsi que 20 % des femmes sont concernées et que leur nombre augmente chaque année. L’alopécie androgénétique féminine peut apparaître à la puberté, après une grossesse et, plus souvent, au moment de la ménopause. Quel que soit l’âge auquel la chute de cheveux se produit, l’impact sur les femmes est majeur. Comme l’explique Caroline, la patiente du Docteur Pierre Bouhanna interrogée par la journaliste, c’est d’autant plus douloureux que la chevelure fait partie intégrante de la féminité.

Voilà pourquoi le Docteur Pierre Bouhanna s’est spécialisé depuis longtemps sur la question de l’alopécie androgénétique féminine. En 1988, il a ainsi développé la technique de la microgreffe à cheveux longs. L’avantage pour les femmes ? Elles n’ont plus à se raser le cuir chevelu pour réaliser une greffe capillaire, ce qui était indispensable avec les premières techniques de greffe FUT et qui l’est encore avec la greffe FUE.

La calvitie requiert un traitement médical.

Lorsque l’on souffre de calvitie, mieux vaut faire appel à un médecin spécialisé dans la chute de cheveux. Un certain nombre de personnes ont, malheureusement, tendance à se tourner vers des marques ou des instituts cosmétiques, qui promettent monts et merveille.

De nombreuses solutions n’ont pas fait la preuve de leur efficacité réelle contre la chute de cheveux. Bien sûr, certaines crèmes ou lotions, ainsi que des bonnes pratiques d’entretien capillaire peuvent avoir un effet positif sur les cheveux, dans la mesure où elles contribuent à les fortifier et, surtout, à réduire l’hyperséborrhée, un symptôme de l’alopécie androgénétique qui a pour conséquence d’entraver la vascularisation du cuir chevelu. Ces traitements peuvent être utiles pour les chutes saisonnières. Néanmoins, il faut garder en tête qu’actuellement, on ne peut pas guérir d’une alopécie androgénétique ; on peut uniquement en ralentir la progression.

Dans son cabinet, le Docteur Pierre Bouhanna propose ainsi des traitements thérapeutiques dont l’efficacité est prouvée sur le plan scientifique :

  • traitements dermatologiques : médicaments conventionnels, par exemple le Minoxidil, le Finastéride, les pilules à base d’œstrogène ou d’anti-androgènes, qui ont pour effets d’améliorer la vascularisation du cuir chevelu ou d’inhiber l’enzyme hormonale responsable de la chute capillaire.
  • micro-needling : technique de micro-perforations du cuir chevelu qui permet de stimuler la synthèse des cellules responsables du renouvellement du collagène dans les tissus, la circulation sanguine au niveau du cuir chevelu, ainsi que l’activité des bulbes pilaires.
  • stimulation par laser (LED) : technique qui consiste à envoyer des énergies sur le cuir chevelu pour stimuler l’activité des follicules pileux.
  • mésogreffe capillaire : technique de régénération capillaire qui utilise les cellules du cuir chevelu pour normaliser la chute capillaire et, parfois, stimuler la repousse.
  • mésothérapie capillaire : cocktail de polyvitamines injecté dans le derme du cuir chevelu afin de nourrir les bulbes capillaires en profondeur.
  • traitement PRP : les facteurs de croissance présents dans les plaquettes sanguines sont injectées dans les zones dégarnies du cuir chevelu pour stimuler la microcirculation au niveau du cuir chevelu, ainsi que les cellules du follicule pileux.

La greffe capillaire est la seule solution pour corriger définitivement une calvitie masculine ou féminine.

Si les solutions énumérées ci-dessus s’avèrent souvent efficaces pour ralentir la progression de la calvitie, en revanche, elles ne permettent pas de guérir d’une alopécie androgénétique. Cela signifie qu’à long terme, le cuir chevelu finira par se dégarnir. Lorsque l’alopécie est trop avancée, la seule solution est de réaliser une greffe de cheveu. La greffe capillaire consiste à prélever des cheveux sur l’arrière du cuir chevelu. Ces cheveux sont ensuite transplantés sur les zones dégarnies. Comme ils proviennent de zones non touchées par le phénomène androgénétique, ces cheveux greffés pousseront définitivement pendant toute la vie du patient.

Il existe aujourd’hui deux techniques principales de prélèvement de cheveux :

  • le prélèvement par bandelette (greffe FUT sans rasage ou FUL) : le Docteur Pierre Bouhanna prélève une bandelette de cheveux au niveau de l’occiput avant de la découper en unités folliculaires. Comme il n’y a pas eu de rasage préalable, la zone donneuse et la zone greffée sont immédiatement recouvertes. Cette technique est particulièrement indiquée pour les femmes, dont la densité capillaire est généralement moindre que celle des hommes.
  • le prélèvement par extraction folliculaire (greffe FUE avec rasage ou greffe FUE sans rasage) : le Docteur Pierre Bouhanna prélève les unités folliculaires à l’aide d’un micropunch, qui laisse des cicatrices circulaires très discrètes. C’est la technique la plus utilisée actuellement chez l’homme, mais elle présente souvent l’inconvénient de nécessiter un rasage total ou partiel du cuir chevelu.

Vous souffrez d’alopécie androgénétique et recherchez des solutions efficaces pour lutter contre la chute de cheveux ? Contactez le Docteur Pierre Bouhanna au 01 42 27 15 44 ou via son site Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *